« Hot fun in the Summertime » : les Festivals d’été

C’est avec le titre de ce tube de Sly and Family Stone que nous saluons le retour de l’été, et avec lui les festivals de jazz qui chaque année fleurissent autour de la Méditerranée. Villes azuréennes (Nice, Antibes, Cannes), varoises (Saint-Raphaël, Toulon, Hyères, Ramatuelle, Porquerolles) jusqu’aux Bouches-du-Rhône, avec le festival du Jazz des cinq continents. Toutes proposent du jazz dans tous ses états, des vedettes internationales aux musiciens locaux, des big bands aux artistes solos, les grands événements historiques annuels sont bien sûr au rendez-vous avec Jazz à Juan (du 12 au 21 juillet) et le Nice Jazz Festival (du 16 au 20 juillet), mais nombre d’autres festivals plus modestes, certes, mais néanmoins fort intéressants fleurissent dans la région.

Jazz à Juan fait son ouverture avec une soirée « Jazz en Fête » avec une pléiade de marching-Bands puis poursuit avec un défilé de stars : Steve Gadd, pour beaucoup le meilleur batteur du monde, même à 70 ans passés.

George Benson, Pink Martini, Billy Harper and the Innocent Criminals, Jamiroquai, qui fait son grand retour. Pour la partie la plus « jazz » à proprement parler, nous aurons le plaisir d’entendre Diana Krall qui viendra avec son trio augmenté de Joe Lovano au Saxophone, et de Marc Ribot à la guitare.

Eli Degibri, peut -être le plus doué des musiciens israéliens, et qui se produira dans la forme classique du quartet de Jazz, et aussi le pianiste Omri Mor.

Une soirée exceptionnelle de rock progressif avec Magma et King Crimson aura lieu aussi.

Le funk et la fusion ne sont pas en reste avec des musiciens de haut niveau, comme Candy Dulfer, la saxophoniste hollandaise, ancienne complice de Van Morrison, avec lequel elle enregistrable célèbre « A Night in San Francisco ».

Et le retour des sémillants Snarky Puppy.

Le Jazz manouche revient à Juan avec Thomas Dutronc et Les Esprits Manouches,

et on conclura avec l’habituelle messe gospel avec The New Gospel Family. 

Le Nice Jazz Festival, fêtera son 71e anniversaire cette année avec un programme chargé en nouveautés, mais aussi en poids lourds. Parmi ces derniers, citons Black Eyed Peas, Nile Rogers & Chic, Angèle… Du lourd, on vous dit… 

Citons encore Neneh Cherry,

et Jacob Banks qui eux aussi ouvriront les festivités.

Les jours suivants verront défiler, majoritairement au Théâtre de Verdure, mais aussi sur la scène Masséna, une incroyable flopée de musiciens venus du jazz et des musiques apparentées:  Tout d’abord, et c’est méritoire, une forte présence de la nouvelle scène jazz londonienne, avec des gens comme Judi Jackson, Nubya Garcia, le groupe Kokoroko, un goût du British Beat !

Mais aussi d’extraordinaires musiciens comme la chanteuse-pianiste Sarah Mc Kenzie qui nous vient d’Australie, José James et son hommage à Bill Withers, Jean-Luc Ponty et son Atlantic Years Quintet.

Une belle présence française dans l’ensemble d’ailleurs, avec Fred Nardin Trio, Adrien Brandeis et son quintet qui remporte prix sur prix,

le grand Frédéric Viale, régional de l’étape dont la carrière s’envole,

et Samy Thiébault et son excellent quintet.

De la musique latine aussi avec Omara Portuando et aussi Orquesta Akokan,

et enfin des instrumentistes de génie, l’un contrebassiste, Christian Mc Bride,

l’autre pianiste Fred Hersch, sans oublier le toujours très populaire Ibrahim Maalouf. Une programmation luxuriante.

Plus tard dans la saison, au mois d’août, ont lieu également dans les Alpes Maritimes deux importants festivals de jazz, Jazz à Domergue à Cannes, et Saint Jazz Cap Ferrat. Le premier présentera cette année dans le cadre magnifique de la villa Domergue, Erik Truffaz, la chanteuse Marion Rampal, la batteuse Anne Paréo et enfin le pianiste Roberto Negro qui invite le saxophoniste Emile Parisien,

Le Jardin de la Paix à Saint-Jean prêtera son apaisante atmosphère au Festival Saint Jazz Cap Ferrat, et propose une belle programmation avec là aussi entre autres Philippe Villa, André Ceccarelli en trio avec Jacky Terrasson et Diego Imbert, le Ladies Quartet de l’organiste Rhoda Scott, et le magnifique trio de Giovanni Mirabassi et Sarah Lancman.

Pour terminer ce tour d’horizon des festivals d’été dans le 06, n’oublions pas le Festival So Jazz de la Colle-sur-Loup, entièrement gratuit et programmé par Philippe Villa et où l’on retrouve Marjorie Martinez, Romain Dravet, le groupe Synopsis (également présent à St Jazz Cap-Ferrat), Les Barons jazz-funk le quatuor (D’Oelsnitz / Filliard/ Pachiaudi/ Asplanato) et d’autres choses encore ! 

Une très originale idée de l’association Tribal Music, déjà responsable de la programmation du Mimont Jazz Club à Cannes, a donné naissance en 2018 au Festival « Jazz à Lérins » qui se tient à la fin du mois d’août sur les paradisiaques îles de Lérins , face à la baie de Cannes. Avec cette année trois groupe au programme : »Deep Wave » avec le flûtiste Cyril Ciancolo, Fred D’Oelsnitz au piano, Jean-Marc Jafet à la basse, Bernard Weidmann à la batterie et 4 chanteurs dont David Amar et Fred Luzignant.

Autre très intéressante innovation due cette fois à l’association Pépita Musiques et Culture, le Festival Jazz Entrevoux, qui se tient dans le village médiéval d’Entrevaux dans les Alpes de Haute-Provence, auquel on accédera par le train des Pignes privatisé pour l’occasion, pour aller y écouter entre le 5 et le 7 juillet No jazz, Nina Papa (dont vous nous dressions le portait dans le Jazzophone de Printemps) et enfin le superbe Trio Eric Legnini, Thomas Bramerie, André Ceccarelli. 

Comme chaque été La Note Bleue à Monaco présente son festival plus axé sur la fusion et le funk, mais aussi le jazz acoustique avec nombre de musiciens de grand talent : Nicolas Viccaro, Scott Allen, Louis Winsberg, Stéphane Huchard, Pierre Bertrand avec son nouveau projet « Colors », etc. Et là aussi André Ceccarelli, décidément le roi de la saison des festivals ! Et cette année encore le grand Mike Stern, ex-guitariste de Miles Davis.

Nos voisins italiens organisent chaque année à la mi-août le Unojazz Festival à Sanremo, centré autour du pianiste Antonio Farao et de ses invités.

Le Var, quant à lui, est l’hôte d’une multitude de festivals dont le fabuleux Festival Jazz à Porquerolles (cette année Aldo Romano, André Minvielle, Jacques Schwartz-bart quartet, et le projet « Fire Music » de Archie Shepp etc) au cadre féérique.

Jazz à Toulon, qui est entièrement gratuit et qui investit pleinement la Ville. Cette année vous pourrez y voir Manu Dibango, Tony Allen ou encore Kenny Garrett

Le Festival des Jazz de Saint-Raphaël début juillet avec entre autres Pierre Marcus, le jeune contrebassiste qui monte vite et loin, et à la mi-août le festival de Ramatuelle, incontournable événement de l’été jazzistique, cette année, Denis Antoine qui en est le directeur artistique nous convie à venir écouter Harold Lopez Nussa, latin jazz de haut niveau, Jowcee Omicil, saxophoniste anglais entre jazz et hip-hop, le chanteur ou plutôt vocaliste Andreas Schaerer, improvisateur surdoué, et d’autres artistes encore.

Faisons aussi un tour « planète Marseille »  comme disait IAM, pour se balader sur ce Jazz des Cinq Continents qui a lieu entre le 17 et le 25 juillet pour son vingtième anniversaire un parterre de célébrités à faire tourner la tête : Marcus Miller, Melody Gardot, Éric Bibb,

le trop rare sous nos cieux John Zorn,

nous y retrouvons Kenny Garrett, et nous y rencontrons Chucho Valdés,

Thomas Dutronc, Omri Mor, Mino Cinelu, Vincent Peirani,

Chilly Gonzalez, Donny Mc Caslin,

et un groupe britannique nouvellement formé, en 2016 très exactement : The Good, the Bad and the Queen, qui est une sorte de super groupe comme on les aimait dans les années 70, puisqu’il comprend Damon Alban, ex-chanteur de Blur, Paul Simonon ex membre des Clash à la basse, Tony Allen ex-batteur de Fela et Simon Tong, guitariste de The Verve, un groupe magique et surprenant comme les a qualifiés The Guardian, le quotidien britannique le plus culturel. Et encore énormément de choses, car le Festival Jazz des Cinq Continents se déroule dans de nombreux endroits de la cité phocéenne, voire de sa proche banlieue. Une hydre jazz à cent têtes qui investit complètement la ville pour laquelle il reste un événement majeur. Comme le sont tous les événements cités dans cet article, car réjouissons-en nous d’avance, en ce qui concerne l’été des festivals, abondance de biens ne nuit pas.

Ecrit par Gilbert D'Alto

Un commentaire

  1. Pingback: #Edito #19 : Cap au Sud ! | Le Jazzophone

Laisser un commentaire

  • Les concerts Jazz et +

  • Le Jazzophone