#INTERVIEW : Louis Winsberg : De Sixun à Jaleo

Le guitariste Louis Winsberg est certainement, depuis 20 ans, le plus éclectique musicien compositeur, celui qui ose sans cesse aborder toutes les expériences musicales. Pour la recomposition de son groupe Jaleo créé en 2000, il avait choisi le Palais des Congrès d’Antibes Juan les Pins pour présenter son troisième opus du triptyque Jaleo « For Paco » dans le cadre d’une série de concerts de jazz baptisés Jamm’in Juan.

Ceux qui suivent la carrière de Louis Winsberg se souviennent de son éclectisme musical, bien sûr avec SIXUN qu’il a créé en 1984, mais surtout quand il a enregistré en 1997 « La danse du vent ». Un hommage à toutes les cultures méditerranéennes et, ensuite quand il forme le groupe Jaleo en 2000 où il dépasse les sons de sa chère Méditerranée avec des sonorités indiennes et des chants bouddhistes. Il n’en restera pas là, le Django d’Or 2007 va encore plus loin dans son nouvel enregistrement.

Louis Winsberg : J’ai approfondi dans un certain sens ce qui est le plus méditerranéen qui est assez inspiré du Flamenco, ce n’est pas complètement flamenco non plus, mais, pour moi c’est un groupe qui reste un groupe de jazz avec des artistes flamencos, avec des rythmes flamencos avec de la danse, du chant, c’est surtout çà la différence.

JP Lamouroux : guitares, guitares, vous avez toujours envie de découvrir cet instrument à travers des musiques du bout du monde, qu’en est-il ?

L W : J’ ai toujours eu plein de guitares, des guitares un peu techniques, un peu particulières. Il y a le Saz qui est un ancien instrument, c’est un luthier français Hervé Prudent qui a fait ça, il s’est inspiré du Saz turc, mais, c’est un saz qui fait des basses en même temps, et il y a un autre instrument qui s’appelle un Spakr, il n’y a qu’un modèle, c’est une sorte de petit banjo qui sonne un peu comme un violon, il y a aussi une mandoline et une cithare.

JP L : Comment s’est préparé ce CD ?

L W : Il a eu plusieurs noms, il s’appelait Jaléo 3, c’est le 3ème album de Jaléo pendant un bon moment et, comme il y a eu la mort de Paco de Lucia qui est arrivée en plein milieu d’écriture, j’ai eu envie de lui dédier ce disque parce que sans Paco, je n’aurais certainement pas fait cette musique-là, ce ne sont que mes compos, c’est un espace un peu particulier, je me sers d’un univers qui a d’autres codes instrumentaux. Il n’y a ni piano, ni sax, ni trompette dans ce groupe, ce sont surtout des percussions, des voix et des guitares et je me suis aussi servi de la danse pour composer un morceau qui m’est assez particulier.

JP L : Pour beaucoup, vous restez inclassable, jazz, flamenco, jazz-rock, manouche, qu’en pensez-vous ?

LW : Le jazz, c’est assez inclassable, il faut que ça le reste, il prend toujours de nouvelles formes, il ne faut pas essayer de le mettre en prison. On a de plus en plus de calibrations qui sont très, très compartimentées. Moi, je gratte ma guitare sans penser à ce genre de réflexion, il y a des choses qui me plaisent, je les mets de côté et puis après, je creuse les pistes, vous savez, ma vie c’est toute une vie de musique… ça développe l’imaginaire… la musique, ça ne peut faire que du bien, quel que soit son style.

JP L : Vous restez un musicien du Sud, on vous a découvert avec La Danse du Vent, ça reste d’actualité ?

L W : Oh,là, là, ça remonte à loin tout çà, l’époque où j’avais travaillé avec la Compagnie l’Esquisse pour le ballet Plein Soleil… j’ai toujours aimé ce vent de la Méditerranée, ça rend un peu fou (rires), regardez bien le nombre de pays qui bordent cette mer  et écoutez toutes leurs musiques, intéressez-vous à leurs cultures qui ont donné un brassage extraordinaire dans toutes les formes artistiques… oui, oui , je me sens bien par ici, je vogue sur la Méditerranée.

Trop modeste, Louis n’a pas conservé un article de Jazz Magazine au début de sa carrière signé par Frédéric Goaty « … il transperce le ciel du jazz ce nouveau petit prince de la guitare… » voilà peut-être un Louis appelé à régner longtemps !

www.louis-winsberg.com

Ecrit par Jean-Pierre Lamouroux

Un commentaire

  1. Pingback: #INTERVIEW Louis Winsberg Le Jazzophone | Imago records & production

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

  • Les concerts Jazz et +

  • Le Jazzophone