#LiveReport : Kenny Garrett « Do your dance » / Mey feat JCat au CNRR

L’impression d’avoir assisté au passage d’un ouragan, c’est l’impression qu’a laissé ce mémorable concert de Kenny Garrett et son quintet au Conservatoire de Nice dans le cadre des Nice Jazz Sessions le 21 mars dernier. A mon humble avis, LE concert de jazz de cette fin d’hiver (ou début de printemps, comme il vous plaira).

Mais avant Kenny Garrett et son groupe, nous avons eu le plaisir d’applaudir en 1ère partie le groupe Mey feat JCAT, composé de la chanteuse Mey Aleksieva qui nous vient de Bulgarie, de son époux Thomas Cordogli à la basse électrique, du batteur Alexandre Gauthier et du pianiste Jean-Charles Battistella, ils œuvrent dans un registre mêlant jazz et nu-soul, dans un esprit proche de ce que font des gens comme Robert Glasper ou encore Erykah Badu. La ravissante Mey possède un beau filet de voix, un anglais parfait, et tient la scène de belle manière, sans en faire les tonnes que sa beauté lui permettrait. Les trois musiciens assurent sans ostentation non plus et ont un son d’ensemble très convaincant. J’ai particulièrement apprécié « Vocalise » chanson sans paroles, ainsi que le groovy « Lavanda » et le final « Brighter day ». Un groupe plein d’avenir !

Entouré de quatre musicien de très haut niveau Vernell Brown Jr au piano,  Corcoran Holt à la contrebasse, notre compatriote le guadeloupéen Samuel Alisio à la batterie et enfin Rudy Bird à la percussion et au chant, Kenny Garrett fait son entrée sur scène, et démarre un morceau modal étourdissant, plein de verve coltranienne, avec un chorus renversant en souffle continu, auquel fait suite un chorus de piano de Vernell Brown Jr, très proche de Mc Coy Tyner dans l’esprit, et le morceau se termine sur une mélodie de basse jouée à l’archet.

Le deuxième morceau, plus funky et dansant, voit Kenny passer au saxophone soprano, et après un solo de percussions, il cite la célèbre composition de son mentor Miles Davis « Jean-Pierre ». Suit une ballade « mid tempo » teintée de bossa nova, qui dérive sur une interprétation de  « Body and Soul » toute en finesse et émotion. Le morceau suivant d’une veine à la fois orientaliste et africanisante, Kenny est toujours au soprano, et Vernell Brown Jr se lance dans un long solo de piano dans lequel il cite « My Favorite Things » immédiatement suivi par Kenny. qui commence à psalmodier une ritournelle dans le micro. Le morceau suivant est l’intitulé de la tournée,  ce « Do Your dance » au tempo binaire très rhythm and blues, et qu’il dédie d’ailleurs à Junior Walker. Gros succès dans le public qui commence à hurler sa joie. Puis un changement complet de style avec un morceau ternaire très rapide de pur be-bop, qui passe ensuite de Parker à Coltrane avant de se terminer par un stop-chorus (c’est à dire sans accompagnement) très Free mais émaillé de citations telles que « Summertime » ou encore « Softly as  in a morning sunrise ». Comment raconter l’histoire du jazz en dix minutes en quelque sorte. Et tout le monde se leva pour le traditionnel final sur « Happy People » repris en choeur par toute l’assistance ! Un moment magique qui concluait de fantastique manière cette mémorable soirée.

Photo Mey Aleksieva par Jacques Lerognon

Photos Kenny Garrett par Z@ius / Next Movement

www.kennygarrett.com

Ecrit par Gilbert D'Alto

Laisser un commentaire

  • Les concerts Jazz et +

  • Le Jazzophone