#LIVEREPORT Le Printemps de Bourges 2016

604_4317 mini

Des dates avancées par rapport aux années précédentes, un retour à un format habituel du mardi au dimanche, un temps pluvieux (mais là, c’est habituel) et surtout une fréquentation à la hausse avec +10 % des entrées payantes et record de fréquentation depuis 15 ans (passage au format 5 jours).

Le Printemps donne en général le ton des festivals et cette hausse de la fréquentation est un signal fort, surtout qu’il intervient dans une période morose, où les salles ont du mal à afficher « complet ». Ce festival a toujours une programmation très Rock, Electro et Rap mais en cherchant un peu, notamment du côté de l’Auditorium, des pépites sont découvertes chaque année, dans un registre « Musique du Monde ». L’année dernière, Faada Freddy avait fait un tabac avec le succès que l’on lui connaît ensuite. Qu’en sera-t-il cette année ?

Une liane, belle et sauvage, souleva le public pour une ovation chaude et poignante après avoir été scotché dans les confortables fauteuils pendant une heure : ALA.NI. Retenez bien ce nom car son succès ne fait que commencer. Simplement accompagnée d’une guitare et d’une harpe, sa voix, passant d’un registre Jazz à un plus soul. Un micro vintage planté devant elle, elle nous a transportés dans son monde, dans sa vie. Elle a sorti son premier album « You & I », sauf que le disque est loin d’avoir la puissance de son concert. Les mots de ses chansons sont simples et tellement beaux. Dès son arrivée le charme opéra. Ce fut magique, même incroyable. Je suis sûr que les festivals de 2017 l’auront dans leur programme.

Même lieu mais autre jour, autre style mais le vintage reste : Leon Bridges. Il est beau, élégant et il a une voix incroyable. Vous aimez Raphael Saadiq, Aloe Blacc ? Si oui, vous allez succomber. On ne sait plus dans quelle époque on est en l’écoutant mais que le swing est beau. Vous avez obligatoirement entendu l’une de ses chansons « Coming Home », utilisé par un fabricant de smartphones. Le texan fut une vraie et divine surprise.

604_9755 mini 2

Même lieu, mais autre style : Noiserv. Là on bascule dans le registre pop. Seul sur scène au milieu de ses claviers, boîtes à musique, guitare… et appareil photo (oui, il joue avec le bruit du déclenchement). Incroyable ! Noiserv est… portugais. Un humour détonant, une voix qui vous retourne, franchement, je suis fan.

604_2865 mini

Trois coups de cœur ! Bien entendu, l’une des grandes sensations du Printemps (pour les festivaliers) fut le concert d’Ibrahim MaaloufJain (victoire de la musique 2016) sembla être une vraie première partie de concert (alors qu’elle fit une très belle prestation) et où Louise Attaque parut bien terne en nous ramenant aux débuts des années 2000. Ce concert ayant fait l’objet d’un autre article, je ne reviendrai pas dessus.

J’oubliais un fait, mais ce sera la règle pour tous les festivals à venir et pour de nombreuses années malheureusement, la présence et l’intensité des contrôles d’accès. Avec une équipe efficace, tout le monde joua le jeu, en même temps, cela rassure. Alors prévoir d’arriver un peu à l’avance est une bonne chose si un festival vous attend.

www.printemps-bourges.com

Ecrit par Jean-Luc Thibault

Laisser un commentaire

  • Les concerts Jazz et +

  • Le Jazzophone