#LIVEREPORT Nice Jazz Festival 2018 Clap Final

Samedi 21 juillet, dernier soir de cette 70ème édition du Nice Jazz Festival, nous retrouvons un habitué du festival, Eric Legnini, avec son nouveau projet, Tribute to Les Mccann et comme invité Ali Jackson. Ce quintet ouvre la soirée avec un jazz très classique. Ils reprendront bien évidemment le standard « Compared to What ». C’est le contrebassiste, Geraud Portal, qui va permettre, avec une Walking bass très efficace, de donner un tempo assez rapide et qui fera, je trouve, le charme de cette première partie.

Sur Massena, Nathaniel Rateliff and the Night Sweats ouvrent le bal avec un style bien à eux, un mélange de soul avec une section cuivre, de rock avec deux guitares électriques plus une basse, et de country avec la voix du chanteur ainsi qu’un piano digne d’un bar au fin fond du Texas. Le tout forme le style que certains surnomment « le héros folk-pop de Denver ». 

A 20h45 le Trio Rosenberg impressionne vraiment l’auditoire. C’est du jazz manouche, avec deux guitares sèches et une contrebasse. Les musiciens reprendront plusieurs morceaux de Django Reinhardt comme Festival 48 en leur ajoutant une teinte hispanique.

Ils feront venir sur scène Mathias Levy, un violiste, pour des morceaux encore plus rapides. La vitesse est une particularité du jazz manouche. Après deux morceaux, c’est Evan Christopher, un clarinettiste, qui prendra la place de Mathias Levy. La clarinette ralentit le tempo mais l’excellence est toujours de mise. Après cela, les deux invités reviendront sur scène pour reprendre magnifiquement le classique de Duke Ellington, « Caravan ». Tout le monde quittera la scène sauf Stochelo Rosenberg et Mathias Levy qui rendront hommage à Didier Lockwood avec « Nuages ».

Pour clôturer cette 70ème année du Nice Jazz Festival, Randy Weston’s African Rhythms Quintet, mélange le jazz et des sonorités africaines avec des percussions et une contrebasse slappé. Il célèbre la culture africaine. C’est un retour aux origines du jazz…

Dommage que les concerts au Théâtre de Verdure aient souvent été perturbés par un son beaucoup trop fort sur Massena…

www.nicejazzfestival.fr

Ecrit par Gaëtan Juan

2 Commentaires

  1. Christophe 22 juillet 2018 22 h 59 min / Reply

    Bonsoir,
    « Dommage que les concerts au Théâtre de Verdure aient souvent été perturbés par un son beaucoup trop fort sur Massena… »

    Tout à fait d’accord, ca a vraiment été le cas jeudi pour le groupe de Florian Pelissier vs Massive Attack, et d’après ce qu’on a lu de vous, également le cas vendredi soir.
    J’espère que les organisateurs en tiendront compte pour les années à venir…

  2. Alain.fontana 23 juillet 2018 2 h 01 min / Reply

    Bonsoir Geraud Portal contrebasse avec Eric Legnini…

Laisser un commentaire

  • Les concerts Jazz et +

  • Le Jazzophone