#Jazz & #Art : Histoire d’une pochette de Disque : James Flora

Aujourd’hui pour les 70 ans du Nice Jazz Festival, j’ai choisi une pochette de 1947 d’un des participants à ce Festival Louis Amstrong et son disque Hot 5. On ne peut pas passer à côté de cette pochette sans être surpris par son originalité pour son époque Mais quand on connaît le dessinateur, on y reconnaît un style inimitable.

Études à l’Académie des beaux-arts de Cincinnati. Dans les années 1940 et 1950, James (Jim) Flora a conçu des dizaines d’illustrations de couvertures diaboliques, dont beaucoup pour les artistes de jazz Columbia et RCA Victor. Son monde vibrait de visages anguleux portant des nez effilés et des mentons aux ailerons de requin, qui jouaient avec des pianos vivants et des cornes klaxonnantes, un précurseur des Shadoks. Jim Flora a fait des ravages avec les lois de la physique, évoquant des musiciens volants, des instruments en lévitation, et des perspectives dimensionnelles bancales. Flora a dit qu’il écoutait du jazz pendant qu’il travaillait. « Vous pouvez écouter du jazz parce qu’il remplit vos fibres. Je veux dire que cela n’occupe pas votre esprit, il occupe vos vaisseaux sanguins. »

Les couleurs vives et claires de Flora et ses formes rythmiques font référence à l’art moderne de Pablo Picasso, Stuart Davis et Jean Dubuffet, avec une touche surréaliste de Jean Arp. Lorsqu’on lui a demandé s’il étudiait l’art primitif pour trouver l’inspiration, il a répondu: «Oh mon Dieu oui, j’ai tout étudié. » Son approche des thèmes musicaux était de créer ce que le dessinateur Patrick McDonnell a appelé «bebop for the eyes». Ses critiques ont appelé son travail diabolique et exubérant. Ce qui émerge plus que jamais, c’est son intemporalité. Il peut être regardé maintenant dans la lumière claire des âges auxquels il appartient.

Il a conçu des douzaines de couvertures d’albums pour des grands du jazz, en incluant Louis Armstrong, Bix Beiderbecke, Benny Goodman et Gene KrupaIl a créé des couvertures et des illustrations intérieures pour les magazines qui documentaient la vie américaine, comme Fortune, Holiday, Life, Look, Newsweek, le New York Times Magazine, Mademoiselle, Sports Illustrated et Collier. De 1955 à 1973, Flora a illustré 17 livres pour enfants. Jim Flora a réfléchi à tout ce qu’il voulait faire : «créer un peu d’excitation».

www.jimflora.com

Ecrit par Jacky Ananou

Laisser un commentaire

  • Les concerts Jazz et +

  • Le Jazzophone