#Jazz & #Art Pochette de Jazz : Burt Goldblatt

L’ère du jazz cool : Le graphiste Burt Goldblatt a joué un rôle déterminant, pour capturer l’atmosphère nocturne du monde du jazz, en utilisant des photographies influencées par les films noirs, des portraits expressionnistes et des images abstraites.

Photographe de jazz réputé à ses débuts, il était un habitué des studios d’enregistrement, des discothèques et des concerts, où il a pris des milliers d’images, dont il s’en est par la suite servi pour les pochettes. Très prolifique, plus de 3000 pochettes, les premières couvertures de Burt Goldblatt visaient la simplicité visuelle. Il a éliminé les longues listes de titres de chansons, et fait des dessins de musiciens en utilisant un style de ligne serpentine débraillé.

Bien qu’il ait travaillé pour Decca et Atlantic, Burt Goldblatt a conçu de manière très prodigieuse, pour de petites étiquettes, notamment Savoy, Jolly Roger et Bethléem. Il est devenu connu pour ses caricatures abstraites et ses portraits déformés, ses conceptions de couverture photographique pour Bethléem ont permis de définir le genre en combinant des photos d’ambiance avec une typographie à la fois sobre et lyrique. Une série de pochettes distinctives montre de gros plans de musiciens soufflant leurs instruments. Il a également maîtrisé un large éventail de méthodes, notamment le collage, le montage et même les rayons X. Les artistes de jazz vénèrent Burt Goldblatt et ses interprétations de leurs personnages, et le grand pianiste Bud Powell a même écrit une chanson en son honneur.

Burt Goldblatt est né en 1924 à Dorchester, dans le Massachusetts. En 1950, il crée sa première pochette de disque, une pochette bootleg de Billie Holiday pour le label Jolly Roger.

En 1953, Burt Goldblatt s’installe à New York, et il commence sa longue association avec Bethléem Records. Il avait compris que l’importance de la qualité de la couverture était sous-estimée par d’autres sociétés. Bethlehm a donc été l’une des premières sociétés à créer des jaquettes de disques qui puissent correspondre au mérite artistique de la musique. Burt Goldblatt a continué à concevoir des couvertures, y compris certaines pour des albums de gospel et de pop, jusque dans les années 1960, lorsque les changements de style apportés par le rock’n’roll ont mis un terme à sa carrière.

Il est ensuite devenu coauteur de 17 livres, aussi divers que Mobs and the Mafia, Starring Fred Astaire et Baseball’s Best. Il a également compilé des livres de ses photographies de jazz. « J’ai aimé la musique et j’ai appris à connaître les musiciens, et pendant que je concevais la pochette, j’écoutais leur musique. »

Ecrit par Jacky Ananou

Laisser un commentaire

  • Les concerts Jazz et +

  • Le Jazzophone