Jazz in Israël

JAZZ IN ISRAEL (par Cyril HELY)

Le nom d’Israël revient régulièrement dans l’actualité, associé à des thématiques de géopolitique, de géostratégie ou d’économie. Mais, c’est oublier le bouillonnement culturel, au travers du cinéma (une pensée pour la regrettée Ronit Elkabetz), de la télévision (les séries « Hatufim » ou « False flag ») ou de l’architecture (les fameux immeubles de style Bauhaus de Tel-Aviv).
Et le jazz dans tout ça, me direz-vous ? Rassurez-vous, la scène israélienne se porte à ravir. Elle a su développer au fil des années sa spécificité en mélangeant les influences traditionnelles de cette musique avec ses propres sources d’inspiration liées à son environnement culturel (musique orientale, musique klezmer). Le tout en maintenant un axe privilégié entre Tel-Aviv, New York et Paris.
Le plus visible médiatiquement pour le grand public reste Avishai Cohen, contrebassiste de talent. Remarqué par Chick Corea dans les années 90, Avishai Cohen s’est rapidement imposé comme une valeur sûre. Il est devenu une sorte de parrain de la scène jazz au travers du label qu’il a créé ou du festival de jazz d’Eilat dont il assume la direction. J’ai un faible pour l’album « Aurora » sorti en 2009 sur le label Blue Note. Pour la première fois, Avishai Cohen pose sa voix sur plusieurs morceaux en anglais, en hébreu et même en espagnol. Il intègre parfaitement des instruments tels que l’oud ou la derbouka en complément des plus traditionnels piano, batterie ou contrebasse avec, en point d’orgue, « Alon basela » (littéralement, un chêne dans la roche).
À l’instar de Miles Davis, il est intéressant de porter une attention particulière aux musiciens ayant travaillé, plus ou moins régulièrement, avec Avishai Cohen. En tirant la pelote de laine, nous arrivons à un pianiste qui a collaboré sur quatre albums, Shai Maestro. Plus jeune qu’Avishai, il est tout aussi talentueux. Shai Maestro, à la tête de son trio, a une approche plus classique du jazz et les convergences avec des influences extérieures sont plus subtiles, moins frontales. Sa musique est empreinte de légèreté, de fluidité, de délicatesse. On flirte parfois avec de l’hypnotique. Depuis 2010, le trio a sorti quatre albums dont le récent « The stone skipper » (2016) qui est pour moi, à ce jour, l’album le plus abouti.
Qui dit Shai Maestro, dit … Avishai Cohen. Je ne radote pas, je vous rassure. Je parle de l’autre Avishai, le trompettiste. Nous restons en compagnie de la nouvelle génération, mais basculons du classique vers le traditionnel. Pour autant, cela est très réducteur. En effet, Avishai « Trumpet Man » Cohen est également connu comme membre du Wu-Tang-Clan du jazz israélien, Third World Love. Le parallèle est certes audacieux, mais, si le Wu regroupait de multiples talents, Third World Love n’est pas en reste avec une association de All stars : Avishai Cohen, Omer Avital (contrebasse, oud), Yonathan Avishai (piano) et Daniel Freedman (batteur) même si ce dernier n’est pas né en Israël. La première écoute de « Sketchs of Tel-Aviv », 3ème album du quatuor, est une claque salutaire qui consacre quatre musiciens et compositeurs exceptionnels. Personnellement, j’ai un faible pour le morceau « Hareshut » (la permission) avec ses accents orientaux et ses chants en hébreu.
Restons sur un des membres du quatuor, Omer Avital. Ce dernier a un positionnement particulier, car il est à la fois initiateur de cette scène jazz et un des acteurs majeurs. Plus âgé que ses petits camarades, Omer est initialement contrebassiste (certains le surnomment le Charles Mingus israélien). Après avoir collaboré avec Wynton Marsalis, Brad Mehldau ou Kenny Garrett, il retourne en Israël pour compléter son background en étudiant l’oud. Ses albums sont les carrefours d’influences multiples, allant de musiques traditionnelles à des musiques urbaines, passant du Moyen-Orient à Cuba, tout en conservant une cohérence et une structuration. « Arrival » enregistré en 2006 (avec la magnifique « Song for Amos ») ou le récent « Abutbul music » symbolisent cette créativité sans cesse renouvelée.
Il est important d’évoquer le cas Yaron Herman. Venu tardivement, et par accident, au piano (16 ans), c’est aujourd’hui un virtuose capable de travailler des chansons pop comme « Toxic » de Britney Spears ou de développer un projet plus classique (album « Variations », seul au piano, même si on en doute parfois comme à l’écoute de la reprise de Sting « Fragile »). Son dernier opus « Y » confirme cette prédisposition à mixer des inspirations très diverses avec des accents rock et des compositions chantées.
Il est agréable de poursuivre cette flânerie musicale dédiée à la scène jazz israélienne en évoquant par exemple le pianiste Omri Mor, mais la rédaction du Jazzophone me rappelle à la triste réalité de mes 4300 caractères largement dépassés.

Ecrit par Cyril Hely

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

  • Les concerts Jazz et +

  • Le Jazzophone