Les Bons conseils du Dr Jazzophone : This is the end, beautiful friend

Aujourd’hui le Docteur Jazzophone est fatigué. J’ai été présent à toutes les étapes importantes de ta vie. Tel Moïse guidant son peuple vers la terre promise, je t’ai accompagné pour trouver un emploi, te remettre en forme, séduire, te marier… Mais cette fois-ci, c’est la fin. 

Le docteur a perdu la foi, mais il lui reste une mission. Je dois préparer le moment ultime, le crépuscule de la vie, la mort. Pour être précis ton enterrement. Et cette fois-ci, il est hors de question que je te laisse t’égarer en improvisation. On ne fait pas tourner les torchons ou danser les sardines. Surtout lorsque le docteur est à la baguette. L’important va être de réussir sa sortie, car cela sera la dernière image que l’on gardera de toi. Et du docteur par la même. Donc, un peu tenue, on relève la tête, on bombe le torse, on retrousse les manches et on y va.

L’étape cruciale est de déterminer l’ambiance globale tout le long de la cérémonie. Pour le coup, on va éviter le patchwork et se concentrer sur un thème. Nous allons même travailler sur deux options : le festif, car après tout, la mort est peut-être une étape intermédiaire avant autre chose, et le classieux, car élégant un jour, élégant toujours. La Nouvelle-Orléans reste un grand classique. On pourrait imaginer une parade à travers les rues avec des brass bands où tout le monde chanterait et danserait afin d’honorer ta mémoire. Mais je ne suis pas certain d’obtenir l’autorisation de la Mairie pour bloquer le centre-ville en ces périodes compliquées.

Pour autant, conservons cet esprit d’ouverture vers le monde, en se perdant vers d’autres pays ou d’autres continents. Nous pourrons picorer dans la discographie de Jacques Schwartz-Bart (Jazz racine Haïti ou le magnifique Soné ka-la), s’évader avec le Kora Jazz Trio (Kora Jazz Trio pt 2) ou nous libérer avec « Imagine that » de Daniel Freedman.

Mais je te connais et tu lorgnes sur l’option classieuse. Une personne élégante est avant tout une personne bien organisée. Tu as anticipé avec une assurance décès conséquente pour mettre la famille à l’abri et une garantie obsèques. Cette cérémonie ne sera pas perturbée par des problèmes d’argent, ce qui serait dommageable et de mauvais goût. Nous allons bâtir une playlist qui restera dans les mémoires.

De manière, à ce que ces musiques soient associées dans l’inconscient à ton départ. Partir sur un So what de Miles Davis ou « Alabama » de John Coltrane voire « A love supreme » en écoute intégrale.

On complète avec Nina Simone (Strange fruit, Baltimore et Four women).

Et je veux finir avec « Snowbound » , « Almost blue » et My funny valentine susurré par Chet Baker. On pourra écrire sur ta pierre tombale : « il n’a pas toujours fait preuve de bon goût, mais ses choix musicaux sont irréprochables ». Et sur la mienne, juste à côté de toi : « le Docteur approuve ce message ».

Ecrit par Cyril Hely

Laisser un commentaire

  • Les concerts Jazz et +

  • Le Jazzophone