Les Bons Conseils du DR Jazzophone

« Run Like a Fugitive » Ami(e) Jazzophoniste, l’été vient d’arriver et tu as enfin décidé d’appliquer cette résolution importante prise en début d’année : courir afin de développer ce corps de rêve que tu as habilement camouflé depuis de nombreuses années grâce à une hygiène de vie clairement déplorable.

Certes, tu aurais mieux fait de commencer dès le printemps afin d’être affuté pour l’été et parader sur les plages, mais ne tuons pas dans l’œuf une initiative louable : mens sana in corpore sano.

Tu as repéré le parcours, tu as acheté une jolie tenue, des chaussures fluos, des écouteurs et une super montre digitale qui enregistre une multitude de données inutiles mais monnayables. Tu es fin prêt pour te mouvoir dans l’espace lorsque soudain un doute subsiste : quelle playlist pour accompagner cet effort surhumain ?

Tout va bien, on ne panique pas, on se met en position latérale de sécurité et on attend le Dr Jazzophone et sa prescription.

Prescription n°1 : il y a quelques années Nike a développé avec le groupe LCD Soundsystem un album concept d’une quarantaine de minutes. La musique accélère crescendo et permet d’adapter son rythme de course au rythme de la musique. Je sais que nous sommes à des années lumières du jazz mais je rappelle que j’ai le diplôme de Docteur et que je suis autorisé à pratiquer la Médecine alternative ;

Prescription n°2 : tu as fait le choix de constituer ta propre playlist et de te passer de mes conseils. Tu commences par « Milestones » de Miles Davis.

Erreur stratégique. La dernière fois que tu as couru, c’était pendant ta période collégienne, tu portais un jogging en polyester et l’on parlait de course à pied. Au bout des presque 6mn que dure ce morceau, nous te récupérons à quatre pattes, dans un état semi comateux à cracher tes poumons. Cela t’apprendra à vouloir faire de l’automédication ;

Prescription n°3 : la raison s’impose une nouvelle fois, incarnée par les conseils avisés du Docteur. Nous allons y aller progressivement. Je propose d’effectuer les premières séances avec l’album éponyme dAugust Greene. Karriem Riggins à la batterie, Common à la voix et Robert Glasper pour envelopper le tout avec ses claviers envoûtants. Tu pourras conserver un rythme constant tout en savourant une très jolie reprise d’«Optismitic » de Sounds of Blackness avec Brandy. Dans un second temps, nous complèterons avec « An angel fell » d’Idris Ackamoor and the Pyramids où le multi instrumentiste de Chicago poursuit son sillon dans l’afro jazz.

Une fois de plus, le Docteur t’a sorti du pétrin dans lequel tu t’étais mis. Et même si je ne t’ai pas aidé à muscler ton corps, j’aurai au moins réussi à muscler tes oreilles.

Ecrit par Cyril Hely

Laisser un commentaire

  • Les concerts Jazz et +

  • Le Jazzophone