Live Report : Fénichel Trio/Trio BIS au Cri du port

quartet

Pour cette soirée de clôture de la saison l’équipe du Cri du Port avait convié, deux groupes du Label Durance, le trio de Pierre Fénichel et le trio BIS. Le Jazzophone n’a pas hésité à déléguer l’un de ses chroniques pour vous faire vivre en différé cet excellent concert.

Le contrebassiste Pierre Fénichel, accompagné d’Alain Soler à la guitare et de Cédrick Bec à la batterie, entamait la soirée.

fenichel v2Ils présentaient leur album « Breitenfeld », hommage à Paul Desmond. Des tempos plutôt lents, un set presque intimiste mais très inventif, où guitare et contrebasse se renvoient les impros, les parties mélodiques,  sous la férule rythmique du jeune batteur souriant, un air faussement discret mais une grande subtilité et une efficacité redoutable.bec jzIls quittèrent la scène après plus d’une heure pour laisser la place au Trio BIS, seule changement apparent, Raphaël Imbert monte sur le plateau avec ses saxophones et sa clarinette basse, Alain et Cédrick reprenant leurs places et instruments. Mais dès les premières notes du ténor, on sait que l’on a changé de répertoire, de rythme. La guitare se fait plus nerveuse, plus de distorsion, moins de flanger, les baguettes percutent avec plus de force. soler imbert jzNe partez pas, cela reste du jazz, parfois même du freejazz, même quand ils reprennent de façon très nerveuse le No Reply des Beatles, Imbert est passé au soprano et ne semble plus vouloir le reposer. Après quelques titres, le trio devient quartet, Fénichel retrouve sa contrebasse, pour une belle fin de soirée avec le tube de Desmond, un Take Five d’anthologie, revigoré, suivi d’un rappel qui nous mènera tard dans la nuit.

Laissons passer l’été pour retrouver cette salle et sa nouvelle programmation.

www.criduport.fr

Ecrit par Jacques Lerognon

Laisser un commentaire

  • Les concerts Jazz et +

  • Le Jazzophone