#LiveReport : Richard Bona au Minotaure à Vallauris

Une seule date en France pour cette tournée de Richard Bona, les fans l’ont bien compris, la salle du Minotaure à Vallauris est complète. De nombreux musiciens sont dans la salle et même quelques jeunes enfants, il n’est jamais trop tôt pour écouter de la bonne musique live. Pour accompagner le bassiste camerounais, un trompettiste cubain Dennis Fernandez, un guitariste napolitain Ciro Manna, et deux français le claviériste Michael Lecoq et le batteur Archibald Ligonnière.

Il ne faudra pas longtemps à Richard Bona pour mettre tout le public dans la joie, dans la fête. Sa musique, subtil mélange de jazz, de soul, de musique africaine et caribéenne mais aussi de rock, fait mouche dès les premières mesures. Sa basse vrombit littéralement, sa voix chaude et veloutée se fait séductrice. Ses acolytes ne sont pas en reste !

Parmi les beaux moments du concert, la superbe ballade Dreamland suivit de Shiva Mantra au riff très rock, malgré son titre, pour lequel Ciro Manna se laisse aller à un chorus enflammé.

Le traditionnel passage, en solo avec son looper, sa BlackBox Vaudou Machine, il commence à Capella avant de faire, à la voix, tous les instruments. En final, croit-on, un thème de Jaco Pastorius (son inspirateur) Teen Town, avec une intro à la batterie qui restera mémorable suivi de quelques virtuosités de Mr. Bona sur les cinq cordes de sa superbe basse ornée d’une petite Afrique.

Faux départ, plusieurs rappels vont suivre, il fait lever et danser toute la salle (ou presque), impossible de résister. Du coup, il finit par une longue berceuse – pour nous obliger à renter chez nous, nous dit-il –seul derrière les claviers, ballade instrumentale, quelques parties vocales, il se lève finalement pour chanter, façon Afrique, façon rap et fini par simplement susurrer quelques notes, quelques mots puis les lumières se rallument. Dehors, il pleut mais peu importe…


Ecrit par Jacques Lerognon

Laisser un commentaire

  • Les concerts Jazz et +

  • Le Jazzophone