Disparition du saxophoniste américain Paul Jeffrey

542923_10150685305914647_210598580_nPaul Jeffrey qui vient hélas de nous quitter  le 20 mars 2015,  était une véritable mémoire du jazz, un des  grands saxophonistes  ténor de la grande époque du be-bop et du hard bop.

Imago records a eu l’honneur de publier l’un des ses derniers enregistrements, l’album «  We see », (2009) enregistré avec un trio franco-italien (Alessandro Collina, piano, Seb Adnot, contrebasse, Laurent Sarrien, batterie),  un hommage à Thelonious Monk  dont Paul Jeffrey fut le saxophoniste de 1970 à 1975.

We see

Né à New York le 8 Avril 1933Paul Jeffrey commença sa carrière dans des orchestres de rythm and blues et de swing, comme les orchestres d’Illinois Jacquet, Elmo Hope, Big Maybelle, Wynonie Harris et B.B.King. il s’orienta ensuite vers le jazz moderne, en faisant partie des orchestres de Dizzy Gillespie, Howard Mc Ghee et Clark Terry. En 1968, il enregistre son premier album en leader «  Electrifying sounds » sur le label Savoy. Il tourne intensément aux U.S.A, en Europe et au Japon, et enregistre constamment en tant que sideman, en particulier avec Charles Mingus, dont il est aussi l’arrangeur, et ce jusqu’à la mort de ce dernier en 1979. Musicien complet, il était également enseignant, dispensant son savoir à la Columbia University, le Jersey State City College, et Duke University. Homme affable et ami des plus grands jazzmen dont Sonny Rollins, et véritable encyclopédie vivante du jazz, il sera grandement regretté.

Paul Jeffrey raconte Thelonious Monk sur WAT.tv sélectionnée dans Musique

Ecrit par Gilbert D'Alto

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

  • Les concerts Jazz et +

  • Le Jazzophone