Paroles de Jazz #11

« Je crois avoir toujours écrit en écoutant le Jazz, je dis le Jazz et non « du » jazz telle cette chose que l’on consommerait dans des bacs sur lesquels on indique que l’acheteur va gagner 30% sur le prix d’origine. Non, les 30% de sueur jamais payée dans les années 20, les années 40 ou les années 60 sont le pourcentage auquel je pense lorsque Thélonius Monk ou Bud Powell se feront matraquer par les « cops ». Lorsque j’écrivais à la fin des années 90 sur l’envers de St-Germain-des-Près (Le Minotaure. Souvenirs d’une librairie de Paris (1948-1987)) et autour du Surréalisme hétérodoxe, j’écoutais les émissions d’Alain Gerber sur France Musique, ses feuilletons radiophoniques sur Erroll Garner ou Bill Evans, mes pianistes préférés, des feuilletons qui n’en finissaient plus pour mon plus grand bonheur d’auditeur.

Suite →

Ecrit par Denis Chollet

#Jazz et #politique : Nina Simone de la révolte à la rage

Grande prêtresse du jazz vocal et figure emblématique de la campagne des droits civiques afro-américains, dans les années 60, Nina Simone écrivait des chansons comme certains prenaient les armes. Celle qui fréquentait assidument Martin Luther King Jr. n’a jamais prônée la non-violence dans la lutte pour l’Egalité des droits du peuple noir dans une Amérique ségrégationniste. Son Arme politique. Sa musique gospel, blues, soul, Jazz ; cette étiquette « Jazz » qu’elle haïssait parce qu’inventée par les Blancs pour identifier les Noirs.

Suite →

Ecrit par Lawrence Damalric

#Interview : Sacha Sosno, l’amoureux du jazz

L’installation estivale de l’oeuvre de Sacha Sosno Avis de grand beau s’est achevée à Antibes ces derniers jours. Parmi les oeuvres présentées retraçant un parcours de plus de 30 années de travail artistique sur l’oblitération, une seule demeurera : un saxophone érigé au sein de la pinède de Juan-les-Pins, en hommage au jazz. Suite →

Ecrit par Benjamin Grinda

 #Portrait : Scott Parker Allen, 40 ans de carrière 

Né le 28 mai 1956 à Orange, New Jersey sur la côte Est des États-Unis, Scott Parker Allen présente très tôt des dispositions pour la musique. Enfant, dans le salon de sa maman devant l’électrophone familial, il mime déjà la direction d’orchestre sur « La Marche turque » de Mozart, et pose ses doigts sur n’importe quel instrument de musique dès qu’il en voit un.

Suite →

Ecrit par Gilbert D'Alto

#Jazz & #Art – Blue Note Covers : Ça donne envie de les entendre…

Blue Note a été fondé en 1939 à New York par Alfred Lion et Francis Wolff. C’est à partir de 1955 que le duo sera rejoint, à leur demande, par un jeune graphiste américain, Reid Miles. Âgé de 28 ans, il aura pour mission de créer les pochettes des disques du label qui s’intéresse de près à un nouveau courant soufflant sur le monde du jazz, le Hard Bop. John Coltrane, Donald Byrd, Grant Green, Freddie Hubbard, Lee Morgan, Eric Dolphy, Herbie Hancock, Tony William, Jimmy Smith, Thelonious Monk, Miles Davis, The Jazz Messengers en sont les précurseurs.  Suite →

Ecrit par Jacky Ananou

#Interview – Thierry Maillard : c’était le bon moment !

Thierry Maillard est certainement le pianiste compositeur Français le plus éclectique de la planète jazz. Que ce soit en solo, en duo (Denis Chambers et John Patitucci) en composition de musique de film (Arthur et les Minimoys de Luc Besson) et ce plus d’éclectisme il le doit à sa passion pour la musique classique (quatuor à cordes en 2003) et en 2015, où il associe son trio a l’Orchestre Philharmonique de Prague. Mais il lui manquait ce que tout musicien de jazz désire : diriger un Big Band. Inviter à présenter son orchestre de 15 musiciens en début d’été lors des journées Musicora a Paris la Villette il a donné au public ces premières compositions également gravées sur le CD Pursuit of Happiness.  Suite →

Ecrit par Jean-Pierre Lamouroux

#LITERRATURE La France underground de Serge Loupien

En 400 pages et 12 parties (12 mesures d’un long blues), sous-titrées « 1965/1979 – Free Jazz et Rock Pop le temps des Utopies », Serge Loupien va tenter de déterminer si la musique, le Free Jazz, le rock underground, la pop alternative sont miscibles ou seulement solubles dans les idées révolutionnaires. L’auteur, bien connu des lecteurs de Libération, nous raconte, comme s’il y était, comme si nous y étions aussi, presque deux décennies où, les expérimentations, techniques, rythmiques, dOrnette Coleman, Archie Shepp et consort ont succédé aux yéyés. Suite →

Ecrit par Jacques Lerognon
  • Les concerts Jazz et +

  • Le Jazzophone

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com