Chronique: Pierre Fenichel trio « Breitenfeld »

Breitenfeld-recto

Pierre Fenichel a voulu pour cet album rendre hommage à Paul Desmond (Paul Breitenfeld de son vrai nom) et plus particulièrement à sa musique avec le Dave Brubeck quartet.

C’est d’ailleurs de ce dernier que sont la plupart des compositions de l’album. Des thèmes moins célèbres que le fameux « Take Five », réarrangés ici pour un trio guitare, contrebasse, batterie, il fallait l’oser (mais Desmond n’a t’il pas aussi joué avec Jim Hall)  et c’est fort réussi. Pierre Fenichel à la contrebasse et Alain Soler à la guitare (et parfois à l’harmonium) laissent souvent la partie rythmique au seul Cedrick Bec (batterie) pour se lancer dans une longue joute harmonique sur les traces du saxophoniste aux lunettes carrées. Une musique sans esbroufe, dont l’abord n’est peut-être pas très aisé mais qui vous envoûtera dès la deuxième écoute.

Fenichel nous montre ici son double talent d’interprète et d’arrangeur, il offre aussi à Soler, une belle opportunité de faire reconnaître, à ceux qui l’ignoreraient encore, ses immenses qualités de guitariste. Ecoutez simplement le titre « Eleven Four », habilement placé en quatrième plage du CD, pour vous en convaincre. Autre avantage de ce disque, nous donner envie de (ré)écouter l’alto Paul Desmond ou même Brubeck.

http://www.label-durance.com/

Ecrit par Jacques Lerognon

Un commentaire

  1. Pingback: Live Report: Fénichel Trio/Trio BIS au Cri du port | Le Jazzophone

Laisser un commentaire

  • Les concerts Jazz et +

  • Le Jazzophone