#Interview : Avishai Cohen

Le contrebassiste israélien Avishai Cohen, né à Jérusalem en 1970, s’est récemment produit à la salle Le Minotaure de Vallauris. Après son concert devant une salle comble, bien qu’épuisé par une performance très physique, il a néanmoins accepté de se confier au Jazzophone.

Avishai Cohen, votre dernier album s’intitule « 1970 » c’est votre année de naissance, mais c’est également une référence à la pop de ces années là.

Avishai Cohen : oui tout a fait j’ai grandit en écoutant cela et le jazz des années 60….. et la pop seventies : Led Zeppelin, Deep Purple, Emerson, Lake & Palmer, Eric Clapton, Puis à 16 ans j’ai découvert Charlie Parker, Miles, Coltrane. J’ai plongé là-dedans à fond, mais le rock ne m’a jamais quitté, j’avais à l’époque d’ailleurs monté un trio qui mêlait les deux genres, un peu comme faisait John Mc Laughlin.

Cet album est un hommage à cette période ?

Avishai Cohen : Oui, j’ai essayé de mixer une sensibilité jazz et des chansons pop, en laissant des espaces ouverts à l’improvisation à l’intérieur des chansons.

Vous chantez en hébreu, mais aussi en anglais, c’est naturel pour vous ?

Avishai Cohen : L’hébreu est ma langue maternelle et je la chanterai toujours, mais je vis aux Etats-Unis, à New York, depuis tellement longtemps que l’anglais est comme une seconde langue maternelle.

Chaque show est-il structuré de la même manière ?

Avishai Cohen : Pas du tout, chaque show est différent, j’essaie d’appliquer les principes de Miles Davis dans « Bitches Brew » : je donne quelques directions et je laisse ensuite les musiciens s’exprimer.

Comme Miles Davis justement, vous mélangez le jazz et le rock …

Avishai Cohen : Pas seulement, j’adore également la musique afro-caribéenne, et aussi la soul 70s Stevie Wonder, Marvin Gaye, j’essaie d’incorporer ces éléments dans ma musique.

Après ce groupe avec claviers électroniques et dans lequel vous jouez principalement de la basse électrique, pensez-vous revenir au format classique avec contrebasse et piano acoustique?

Avishai Cohen : Je ne l’ai jamais quitté, et j’ai d’ailleurs des projets dans ce sens, et aussi des projets avec un grand orchestre.

Vous avez récemment composé la musique du film «  Le sens de la fête ». Cela vous a-t-il plu et pensez-vous continuer à œuvrer dans ce sens ?

Avishai Cohen : Oui, ça m’a énormément plu, et je suis déjà au travail pour composer la musique d’un autre film, qui n’a pas encore de titre, d’ailleurs..

Pensez-vous revenir en Europe cet été pour les grands festivals ?

Avishai Cohen : Sans doute, mais je ne sais pas encore ni où ni quand ..

Petite dédicace à son ami de toujours, le niçois Jo Kaiat

www.avishaicohen.com

Ecrit par Gilbert D'Alto

3 Commentaires

  1. Pingback: #LiveReport Jazz à Juan jour #8 : Eli Degibri, Candy Dulfer, Diana Krall feat. Joe Lovano | Le Jazzophone

  2. Pingback: #Concours Prix David Ostromooukhov | Le Jazzophone

  3. Pingback: #LiveReport : Jammin' Juan 2019, moments forts | Le Jazzophone

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

  • Les concerts Jazz et +

  • Le Jazzophone