#Interview : Avishai Cohen

Le contrebassiste israélien Avishai Cohen, né à Jérusalem en 1970, s’est récemment produit à la salle Le Minotaure de Vallauris. Après son concert devant une salle comble, bien qu’épuisé par une performance très physique, il a néanmoins accepté de se confier au Jazzophone.

Avishai Cohen, votre dernier album s’intitule « 1970 » c’est votre année de naissance, mais c’est également une référence à la pop de ces années là.

Cet album est un hommage à cette période ?

  • Avishai Cohen : Oui, j’ai essayé de mixer une sensibilité jazz et des chansons pop, en laissant des espaces ouverts à l’improvisation à l’intérieur des chansons.

Vous chantez en hébreu, mais aussi en anglais, c’est naturel pour vous ?

  • Avishai Cohen : L’hébreu est ma langue maternelle et je la chanterai toujours, mais je vis aux Etats-Unis, à New York, depuis tellement longtemps que l’anglais est comme une seconde langue maternelle.

Chaque show est-il structuré de la même manière ?

Comme Miles Davis justement, vous mélangez le jazz et le rock …

Après ce groupe avec claviers électroniques et dans lequel vous jouez principalement de la basse électrique, pensez-vous revenir au format classique avec contrebasse et piano acoustique?

  • Avishai Cohen : Je ne l’ai jamais quitté, et j’ai d’ailleurs des projets dans ce sens, et aussi des projets avec un grand orchestre.

Vous avez récemment composé la musique du film «  Le sens de la fête ». Cela vous a-t-il plu et pensez-vous continuer à œuvrer dans ce sens ?

  • Avishai Cohen : Oui, ça m’a énormément plu, et je suis déjà au travail pour composer la musique d’un autre film, qui n’a pas encore de titre, d’ailleurs..

Pensez-vous revenir en Europe cet été pour les grands festivals ?

  • Avishai Cohen : Sans doute, mais je ne sais pas encore ni où ni quand ..

Petite dédicace à son ami de toujours, le niçois Jo Kaiat

www.avishaicohen.com

Ecrit par Gilbert D'Alto

Laisser un commentaire

  • Les concerts Jazz et +

  • Le Jazzophone