#LITERRATURE La France underground de Serge Loupien

En 400 pages et 12 parties (12 mesures d’un long blues), sous-titrées « 1965/1979 – Free Jazz et Rock Pop le temps des Utopies », Serge Loupien va tenter de déterminer si la musique, le Free Jazz, le rock underground, la pop alternative sont miscibles ou seulement solubles dans les idées révolutionnaires. L’auteur, bien connu des lecteurs de Libération, nous raconte, comme s’il y était, comme si nous y étions aussi, presque deux décennies où, les expérimentations, techniques, rythmiques, dOrnette Coleman, Archie Shepp et consort ont succédé aux yéyés.

1965. « Pourtant, contre toute attente c’est d’abord du côté du jazz, souvent considéré par les teenagers comme trop savant ou un rien vieillot, que vont se manifester les premiers symptômes de la radicalisation. ». Et voilà qu’apparaissaient sur la scène, certaines scènes du moins, François Tusques, Albert Ayler, Don Cherry, Michel Portal et bien d’autres – des français parmi ces américains installés à Paris.

Côté rock, via le progressif essentiellement, de nouveaux noms émergents Fille qui Mousse, Daevid Allen et son Gong puis Magma. « Dans les années 70, rock et Free Jazz marchaient ensemble » dit le producteur Gérard Terrones.

C’est aussi la naissance de festivals alternatifs (Amougies, Popanalia à Biot, Péage de Roussillon, …), aux succès pas toujours flamboyants qui n’arrivent guère à se dépêtrer des magouilles du show-business. L’une des revendications fut aussi de se démarquer de l’industrie musicale et surtout du centralisme culturel parisien qui voudrait (et veut toujours hélas !) que rien n’existe en dehors de la capitale.

Barricade à Marseille, la Compagnie Lubat en Gascogne

ou Etron Fou Leloublan en Ardèche tenteront d’exister, avec une certaine réussite, en dehors de « L’aveuglement du mouvement underground parisien nombriliste vis-à-vis de tout ce qui pouvait se passer en province » comme l’affirme Ferdinand Richard, fondateur, des années plus tard, de l’A.M.I.    

Une des qualités de ce livre et pas la moindre, l’auteur remet en avant certains disques cultes ou restés moins connus, donne envie d’y reposer la pointe diamant dessus, de fouiller dans les vieilles discothèques ou greniers sombres de nos amis pour y dénicher des pépites oubliées, ou encore de se régaler de certaines rééditions. N’en citons qu’une le « Traité de Mécanique Populaire » de ZNR (Zazou, Racaille, du groupe Barricade) aux confins du jazz, du prog et de l’underground. 

La France underground de Serge Loupien Éditions Rivages Rouge

ISBN:  978-2-7436-4416-1
EAN:  9782743644161
Parution:  mai, 2018
450 pages
Ecrit par Jacques Lerognon

Un commentaire

  1. Pingback: #SurLaPistedUn33Tours : Barney Wilen and his amazing Free-rock band « Dear Prof. Leary | Le Jazzophone

Laisser un commentaire

  • Les concerts Jazz et +

  • Le Jazzophone