#RIP Art Johnson

C’est un grand artiste qui vient de nous quitter. Art Johnson, guitariste, violoniste, poète, écrivain, était une véritable légende vivante.

Accompagnateur des plus grands (Lena Horne, Tom Jobim,Tim Buckley, Barbra Streisandetc,) Art Johnson était un musicien très réputé sur la Côte Ouest des Etats-Unis où il a longtemps résidé avant de s’installer sur la Côte d’Azur où il a vite intégré la scène jazz locale et fait l’admiration de ses pairs. Cet ancien èlève de Barney Kessel (qui était de San Diego comme lui) possédait un style qui lui était propre, et savait s’adapter à tous les styles, jazz, folk, ou rock, classique et même flamenco. Dans les annèes soixante-dix, il fut un pilier des studios californiens accompagnant des gens tels que Stephen Stills, dont il fut un proche, ainsi que notre Véronique Sanson nationale, David Crosby, Jackson Browne, et toute la scène folk-rock de l’époque. Tout en se produisant dans les clubs de jazz, en particulier chez celui de son ami Shelly Manne, le Shelly Manne’s Hole à Los Angeles où il rencontra Miles Davis qui lui fit le compliment suivant ‘ »Tu joues pas trop mal pour un Blanc… »(sic)

A l’époque il est même désigné par le respecté critique Leonard Feather comme « le plus prometteur des guitaristes de jazz » après sa performance au Monterey Jazz Festival Il essaie de concilier sa connaissance du jazz et son experience de musicien de studio en créant un groupe de jazz fusion avec Skip Battin, alors bassiste des Byrds mais le succès n’est pas au rendez vous. Art s’oriente alors vers la musique noire et joue avec Willie Bobo,Papa John Creach, O.C. Smith, Eddie ‘Cleanhead” Vinson, Charles Brown, Big jay McNeely et beaucoup d’autres.

Il est souvent le seul blanc dans l’orchestre. Il travaille également pour le cinéma, en particulier avec Robert Altman, pour lequel il écrit des morceaux pour les films « Nashville » et  « Welcome to L.A. ».

A partir des années 80, il tourne régulièrement en Europe, en Angleterre particulièrement,   avec des crooners comme Engelbert Humperdinck ou Tom Jones, mais aussi dans un contexte jazz en duo avec le guitariste britannique Allan Holdsworth ou en accompagnant la chanteuse Carmen Mc Rae lors de ses tournèes européennes.  En parallèle à tout cela, il continue sa carrière d’écrivain et publie de nombreux recueils de poèmes ou de nouvelles.

Après y avoir rencontré son épouse Patricia, il s’installe définitivement sur la Côte D’Azur à la fin des annèes quatre-vingt-dix. Il joue avec la plupart des musiciens de la région dont Ronnie Rae Jr, Linus Olsson, Jean-Luc Danna, Marc Peillon et beaucoup d’autres. D’abord résidant à Nice, il s’installe ensuite à Monaco avec sa compagne. C’est là qu’il s’éteindra paisiblement dans sa résidence le 14 octobre dernier. Peace go with you brother Art.

www.art-johnson.com

Ecrit par Gilbert D'Alto

Un commentaire

  1. Pingback: #RIP Roy Hargrove | Le Jazzophone

Laisser un commentaire

  • Les concerts Jazz et +

  • Le Jazzophone